Tourisme Alpin sous pression

post by : mahautpa.douet



En comparaison internationale, le secteur suisse du tourisme a perdu des plumes ces dernières années. Les flux touristiques mondiaux lui préfèrent d’autres destinations. Outre la morosité conjoncturelle et la vigueur du franc, la tendance mondiale à des séjours de durée plus courte pose problème au tourisme alpin.

Le secteur suisse du tourisme doit absolument prendre son avenir en main. Sur certains phénomènes : comme le taux de change, les droits de douane ou les taxes et les impôts, la Suisse n’a aucun pouvoir. Ces phénomènes affectent directement la structure des coûts des hôteliers, des restaurateurs et des exploitants des remontées mécaniques. C’est pourquoi elle décide de concentrer son énergie sur les facteurs modifiables, les facteurs qu’il peut maîtriser. Ces facteurs sont les suivants : la planification de structures touristiques judicieuses dans une région donnée, la conception concrète et orientée client des offres, l’exploitation optimale du potentiel de coopération et de synergie entre les prestataires de services, ou la création et la commercialisation de stations et de labels à rayonnement fort.

Les plans directeurs peuvent s’avérer également très efficaces dans une perspective de développement durable. En effet le plan directeur va intégrer l’ensemble des structures naturelles et artificielles existant dans une destination et va en tirer un produit touristique. Dans le but d’obtenir une extension maximale des offres à un moindre coût, le plan directeur permet ainsi d’éviter des investissements superflus.

More...