Le Tourisme collaboratif - Foodsurfing

post by : Reguin Jesse



De nos jours, le tourisme collaboratif est en plein essor. De plus en plus de touristes sont attirés par moins de superficialité, de bonnes affaires et d’échanges sociaux authentiques. Ce tourisme réunit ces trois besoins et c’est pourquoi il est de plus en plus tendance. Tout comme Airbnb, Blablacar, ou CouchSurfing, le foodsurfing ravit de plus en plus de touristes en quête d’expériences locales et uniques. Le temps des buffets géants et impersonnels dans les Clubs n’est plus au goût du jour, ce qui profite aux sites tels que VizEat ou Cookening. Cependant, ceci ne réjouit pas tout le monde. En effet, les restaurateurs ne voient pas d’un très bon œil l’expansion de ce qui pourrait bien être un concurrent déloyal.

 

Le foodsurfing permet de partager un repas entre particuliers pour aborder de façon originale différentes cultures. C’est grâce à des plateformes qui mettent en relation les hôtes et les invités que cette forme de tourisme collaboratif a pu exister. Ces sites permettent donc aux particuliers de proposer leurs menus ainsi que leurs prix et de se mettre en contact, tout comme le système d’Airbnb. Les particuliers peuvent ensuite poster des commentaires d’après leur expérience pour guider les prochains utilisateurs. Certains sites font, par ailleurs, des contrôles des hôtes mais malheureusement ce n’est pas encore le cas partout. Ce système de commentaire donne alors une certaine garantie quant au choix de l’hôte et de la qualité de son futur repas « comme à la maison ».

 

Les hôtes et les invités y trouvent alors leur compte. Cependant, il ne faut pas laisser de côté les professionnels de la restauration également touchés par cette innovation. Il n’y a quasiment aucune règle établie pour les privés qui pratiquent le foodsurfing, c’est pourquoi il est impossible d’avoir une concurrence dite loyale qu’on trouve habituellement sur le marché. Au niveau de la Suisse, le foodsurfing n’est pas encore très présent. En effet, on constate une grande différence de l’offre et de la demande comparé à celle de la France ou de l’Angleterre. Ceci devrait réjouir les restaurateurs et associations suisses de la branche pour le moment.

More...

Foodsurfing

post by : Schaffner Justine



Inspirés du couchsurfing, hébergement temporaire et gratuit entre particuliers, des amateurs de cuisine ont décliné l’offre en une autre forme de partage, le foodsurfing. Mais, de quoi s’agit-il ? Le principe est simple. Après consultation sur un site internet (VoulezVousDîner, VizEat, Cookening, EatWith, etc.), la personne intéressée accède à la liste des membres (nommés les hôtes) de l’organisation. En fonction de la destination, des motivations et du prix, elle pourra faire son choix et s’inscrire sur la page prévue à cet effet afin de partager un moment culinaire original et convivial. Par la suite, un échange d’e-mails s’établit entre l’hôte et la personne intéressée afin de convenir du lieu et de l’heure du rendez-vous.

En ce qui concerne l’hôte, nul besoin d’être un chef cuisinier pour proposer une expérience culinaire. En effet, cette nouvelle façon de manger, particulièrement bon marché, prône des valeurs telles que le partage, l’échange, la solidarité, la découverte et la convivialité avant la gastronomie. Un seul mot d’ordre : s’asseoir avec ses convives.

L’offre touristique se voit ainsi complétée, voire même étoffée. On ne peut considérer le foodsurfing comme une concurrence déloyale aux restaurateurs, mais plutôt comme une stimulation à ceux-ci.

En Suisse, le foodsurfing est présent dans les grandes villes, telles que Genève et Zürich mais se développe timidement dans d’autres régions. En ce qui concerne les plus petites régions, la mentalité de leurs habitants étant plus hostile à la découverte, il faudra encore attendre un peu pour que le foodsurfing y trouve sa place. Ce concept vaut donc la peine de se faire découvrir et d’être développé en Suisse. Par cette forme originale de consommation collaborative, l’offre touristique suisse se verrait enrichie, mais sera-t-elle  un jour acceptée dans les mœurs suisses ?

More...

Les habitants promotteurs de leur communauté.

post by : Fernandez Ruben



A la recherche de l'expérience unique, les touristes se tournent vers de nouveaux experts: les locaux. Via les réseaux sociaux, ils ont la possibilité de faire leurs propres démarches pour planifier leurs vacances personalisées.

Les plateformes en ligne se sont alors multipliées tels que Be my guide, Couchsurfing, Couchsharing. Les offices du tourisme participent activement à ce processus et développent alors une offre plus variée pour leur destination.

 

More...