Le crowdfunding dans le tourisme

post by : Jordan Lionel



Le crowdfunding ou financement participatif, est un nouveau mode de financement de projet tirant parti de l’engagement de personnes physiques ou morales. Ces projets peuvent notamment être liés au tourisme comme nous le verrons plus tard dans cet article. Il existe actuellement plusieurs types de plateformes proposant des formes de financements différentes en fonction du projet et de son milieu.Cette technique est en plein boum, 500 sites ont déjà vu le jour au cours des ces dernières années.

 

La récompense est la forme la plus utilisée. Elle consiste à offrir un bien ou un service en remerciement du don effectué par l’investisseur. La plateforme la plus célèbre qui fonctionne en suivant ce modèle est « Kickstarter ». Ce site permet d’acheter des produits qui sont encore uniquement des projets. Les autres formes existantes sont les suivantes : le don, le prêt ou l’equity (investissement au capital des entreprises).

 

Travelstarter a été la plateforme pionnière en matière de tourisme. Ces fondateurs, basés à Boston, souhaitaient proposer un outil de récolte de fond pour tous les acteurs du tourisme. En tant que voyageurs passionnés, ils désirent grâce à ce site, aider à l’essor du tourisme mondial ainsi qu’à l’accomplissement de nouveaux projets. Ce site fait aussi partie de la catégorie utilisant le modèle de récompense.

 

Prenons le cas d’un projet d’actualité en Valais pouvant bénéficier de ce nouveau mode de levée de fonds. Une liaison plaine station est à l’étude entre Sion- Veysonnaz par le biais d’une télécabine. Celle-ci pourrait être financée par des tiers. Ces derniers se verraient donc gratifier par une prestation que les remontées mécaniques auront décidée au préalable.

 

Ce mode de financement est certes révolutionnaire mais il faut se rendre à l’évidence qu’uniquement une partie des projets aboutissent. En suisse, 680 projets ont été financés au moyen du crowdfunding depuis 2007.

More...

The Joy of Missing out (JOMO)

post by : Monney Carine



Die Freude, etwas zu verpassen.

The Joy of missing out (JOMO) wird genauso wichtig wie FOMO, The Fear of Missing out. Immer mehr Menschen müssen nicht mehr unbedingt alles haben, nicht mehr alles tun, was anderen auch tun, nicht mehr non-stop online und up-to-date sein.

Diese Entwicklung ist eine riesige Chance für den Tourismus. Die Devise in einer Welt, in der immer vernetzt sein der neue Standard ist, lautet: Leistet euch den Offline-Luxus, seid im Moment. Technologie-Müdigkeit greift um sich. Viele Menschen wollen mehr echte Erlebnisse, mehr unvernetzte Natur, mehr Stille und, eher unbewusst, die Langeweile wiederentdecken.

More...

Strategie Anpassung bei Schweiz Tourismus Organisatorische Ausrichtung auf Erlebnismarketing

post by : Schopfer Anja



Aufgrund des starken Frankens muss der Schweizer Freizeit- und Meeting-Tourismus im Vergleich zu ihren Mitbewerbern teurer produzieren und demzufolge auch die Produkte teurer anbieten. Der europäische Mittelstand kann und will sich Ferien in der Schweiz immer wie weniger leisten, dadurch sind grosse Rückgänge der traditionellen Gäste aus der Eurozone zu verzeichnen. Dies führt zu Umsatzeinbussen und sinkender Investitionsfähigkeit.

Nun steht der Schweizer Tourismus vor grossen Nachfrage-Herausforderungen. Schweiz Tourismus hat sich dafür entschieden, aufgrund des veränderten Marktumfelds die Strategie geändert und richtet sich konsequent auf die sich bietenden Chancen aus.

More...

Extreme tourism

post by : Marti Naomi



What is extreme tourism?

Extreme tourism involves travel to moderate or extremely unsafe places or to participate in adventurous and potentially dangerous activities. Travelling to dangerous environments means difficult environmental conditions for human survival (for example: desert, polar region, mountains, rain forests, etc.). It also indicates dangerous places that have been devastated by natural or human disasters such as region affected by nuclear catastrophe (Chernobyl). The travellers can take part in dangerous activities that often involve high physical conditions and a strong adrenaline rush (for example: rafting, bungee jumping, ice walking, cage diving with white sharks, trekking across a desert, etc.)

The target market

People interested in taking extreme holidays are young and adventurous. They usually earn a good income, are not married and have no children. They are seeking for adventure, adrenaline or personal challenge. The thrill of an unknown experience is appealing and also a way to ‘escape’ mass tourism and popular destinations. It exists travel agencies specialised in organising adventure trip. They will organise the activity, the accommodation, food and medical assistance if needed.

Critics

Extreme tourism has expanded in popularity in recent years because travelling has become affordable for quite everyone. Nowadays, people are willing to pay more to add a unique experience to their trip. This type of tourism is mainly criticised due to the environmental damage that those activities might cause in certain areas. For example, the increase of tourism in Antarctica brings pollution and foreign organism that may threaten the continent ecosystem. Extreme tourism is sometimes referred as “shock” tourism, which consists in visiting dangerous areas, such as countries at war. The critics are concerned with the unnecessary risk of visiting such unsafe places, as well as the morbid curiosity that leads people there.

And in Switzerland?

Switzerland offers a wide range of extreme activities/sports, such as skiing, canyoning and bungee jumping thanks to its natural resources (mountains, rivers). During the whole year and everywhere in Switzerland it is possible to undertake such activities. While professionals in this field can take part the Matterhorn ascent or base jump from very high cliff, people more amateurish can enjoy the adrenaline rush of rafting or rap jumping with experienced guides. Unfortunately, several activities like skiing and snowboarding have a big impact on the environment as they require a lot of infrastructures that damages the nature.

More...

Agritourism

post by : Ruscio Jolan



"Unter Agrotourismus werden alle touristischen Dienstleistungen verstanden, die auf einem Bauernhof angeboten werden. Der Agrotourismus umfasst dementsprechend neben der Beherbergung auch die Verpflegung und die Freizeitangebote. Agrotourismus ist damit enger gefasst als etwa die Begriffe ländlicher Tourismus oder naturnaher Tourismus, wobei Letzterer z.B. auch alle Wanderaktivitäten in der Natur umfasst".

Wir werden diese Tourismussorte presentieren.

More...

Miles&More; Guten Morgen, 1000 Meilen

post by : Juon Dominic



Miles&More ist das grösste Vielflieger- und Prämienprogramm Europas. Es wurde 1993 von der Lufthansa ins Leben gerufen. Mittlerweile gehören über 30 Fluggesellschaften dem Programm an.

Auf verschiedene Arten kann man Meilen sammeln, welche später für Reduktionen, Produkte, Prämien etc. eingelöst werden können. Miles&More unterscheidet zwischen den verschiedenen Card Holders, wie z.B. dem normalen Miles&More Teilnehmer oder dem HON Circle Member, welchen mit ihren gesammelten Meilen unterschiedliche Privilegien zu teil werden

Neu will M&M auch im Hotelbuchungs-Dschungel mitmischen. So kann man jetzt direkt über ihre Website über 100‘000 Hotels buchen und so weitere Meilen sammeln. Mit einer Marketingkampagne unter dem Slogan „Guten Morgen, 1000 Meilen!“ wollen die Verantwortlichen von M&M nun ihr neues Produkt an die Öffentlichkeit bringen.

 

More...

Schweiz Express

post by : Mounoud Julien



On peut définir le Schweiz Express comme la version helvétique de Pékin Express.
Il se compose de 25 équipes regroupant deux personnes qui disposent de seulement :

  • CHF 20.-
  • d’un téléphone portable
  • d’une carte de la Suisse
  • et sont équipées d’un GPS

La première édition date de 2011 et depuis le parcours est modifié et couvre chaque année de plus en plus de cantons. Cette année, les candidats ont traversé une vingtaine de cantons en 5 jours et effectué environ 1185 km.
L’inscription est ouverte à tous et ne requiert aucune condition physique particulière.

L’édition 2015 a été divisée en quatre étapes principales : Champéry, Andermatt, Dietikon et Fribourg avec comme moyen de transport principal, l’autostop. Le but du jeu est de rejoindre la prochaine étape le plus rapidement possible. Tout au long du parcours, les candidats doivent prendre part à des épreuves en groupe ou individuelles telles qu’une descente en tirolienne, un test de culture générale sur la Suisse, un blind test, des dégustations de produits typiquement suisses, presser des pommes, du stand up paddle, le réglage d'un canon dans un fort.

Le jeu a été créé dans le but de mettre en avant les valeurs suisses : l’hospitalité (étant donné que les candidats sont hébergés chez l’habitant), sa richesse culturelle, son ouverture. De plus, elle donne l’opportunité aux participants de découvrir les différentes traditions suisse d’une part et d’autre de la barrière du Rösti.

Schweiz Express connaît un succès grandissant, d’ailleurs, les inscriptions pour l’édition 2016, qui se déroulera du 25 au 28 août, sont d’ores et déjà complètes. Pour y participer, chaque équipe qualifiée doit débourser CHF 500.- de frais de participation. De plus, il est possible de parrainer une équipe afin de la suivre tout au long de son périple. Cette association à but non lucratif défend les valeurs écologiques et locales et s’engage à reverser tous ses bénéfices à des projets de promotions de la Suisse à l’étranger.

Cette aventure s’inscrit dans le tourisme interne puisque les participants sont majoritairement suisses. Cependant, il s’agit également de tourisme récepteur, car deux équipes venues de France participaient à cette 5ème édition. Schweiz Express permet avant tout de promouvoir la Suisse et ses atouts en offrant une expérience unique et mémorable. En effet, de nombreux médias ont suivi l’aventure et ont ainsi accéléré la diffusion de celle-ci. Finalement, Schweiz Express permet de mieux connaître certaines régions et d’en découvrir d’autres. Schweiz Express offre une nouvelle approche du tourisme ludique, sous forme de jeu renforçant le lien entre les résidents et les concurrents.

 

More...



Segway, the new way

post by : Maffli Lisianne



General information:

The Segway PT (personal transporter) is an eco-friendly self-balancing, electric vehicle, that you steer solely by your weight and with the intuitive handle. The first prototype was created in January 2002 in the USA, and the first sale to the public was made in November 2002 on “Amazone.com”, but came to Europe only recently. There exist several versions of the Segway: the I2 SE is the most standard one, it goes indoors and outdoors, and the x2 SE goes outdoors and off-road. There are many accessories that could be added to both versions, such as cases, torches, and camouflage. The Segway can be used for personal purposes, for tours, events, promotion, and law enforcement and security. You can find Segways almost all over the world, and they are in perpetual amelioration.

 

Negative points:

The main competitor for Segway is the new “Oxboard” product, which is taking over the market, especially in the cities, because of its small size, its efficiency, and its convenience. The duration of the battery of the Segway does not allow us to use it for a whole day. For personal uses, a Segway driver card is required, and costs 29 sFr. The legal age of driving the green vehicle is 16 years old. In Switzerland, it is prohibited to drive a Segway on the road. And it is not affordable for everyone.

 

Application to tourism:

The Segway is already used by a lot of resorts and theme parks. Not only they use it for their own purposes, but also they rent it to their customers in order to commute inside their properties. The usage of Segways for city tours is becoming more and more popular. It allows tourists to visit a city in a funnier and relaxing way. Regarding the ski resorts, they can make profit with the Segway also in summer, by offering off-road discovery tracks. By doing so, they may increase the visit during the summer season, and develop the loyalty of their customers. The market of personal transporters is incessantly growing and has a bright future for the tourism industry.

More...

Le Tourisme collaboratif - Foodsurfing

post by : Reguin Jesse



De nos jours, le tourisme collaboratif est en plein essor. De plus en plus de touristes sont attirés par moins de superficialité, de bonnes affaires et d’échanges sociaux authentiques. Ce tourisme réunit ces trois besoins et c’est pourquoi il est de plus en plus tendance. Tout comme Airbnb, Blablacar, ou CouchSurfing, le foodsurfing ravit de plus en plus de touristes en quête d’expériences locales et uniques. Le temps des buffets géants et impersonnels dans les Clubs n’est plus au goût du jour, ce qui profite aux sites tels que VizEat ou Cookening. Cependant, ceci ne réjouit pas tout le monde. En effet, les restaurateurs ne voient pas d’un très bon œil l’expansion de ce qui pourrait bien être un concurrent déloyal.

 

Le foodsurfing permet de partager un repas entre particuliers pour aborder de façon originale différentes cultures. C’est grâce à des plateformes qui mettent en relation les hôtes et les invités que cette forme de tourisme collaboratif a pu exister. Ces sites permettent donc aux particuliers de proposer leurs menus ainsi que leurs prix et de se mettre en contact, tout comme le système d’Airbnb. Les particuliers peuvent ensuite poster des commentaires d’après leur expérience pour guider les prochains utilisateurs. Certains sites font, par ailleurs, des contrôles des hôtes mais malheureusement ce n’est pas encore le cas partout. Ce système de commentaire donne alors une certaine garantie quant au choix de l’hôte et de la qualité de son futur repas « comme à la maison ».

 

Les hôtes et les invités y trouvent alors leur compte. Cependant, il ne faut pas laisser de côté les professionnels de la restauration également touchés par cette innovation. Il n’y a quasiment aucune règle établie pour les privés qui pratiquent le foodsurfing, c’est pourquoi il est impossible d’avoir une concurrence dite loyale qu’on trouve habituellement sur le marché. Au niveau de la Suisse, le foodsurfing n’est pas encore très présent. En effet, on constate une grande différence de l’offre et de la demande comparé à celle de la France ou de l’Angleterre. Ceci devrait réjouir les restaurateurs et associations suisses de la branche pour le moment.

More...

Wavegarden

post by : Krummenacher Svenja



Le surf est devenu en quelques années un sport à la mode en occident et son nombre d’adepte ne cesse d’augmenter chaque année. En effet, nombre de surfeurs et surfeuses sont prêts à entreprendre des voyages longs et coûteux afin de trouver leur graal pour exercer leur passion.

Grâce à cet engouement en hausse, des ingénieurs espagnols ont mis au point un générateur de vagues dans un bassin qui permet de reproduire une vrai vague comme celles qu'on pourrait trouver dans des conditions naturelles. Celle-ci déroule sur une longueur d’environ 300 mètres et la hauteur de la vague est réglable. Le bassin est entouré de divers commerces tel qu’une école de surf, un surf shop, un restaurant et même parfois un hôtel. Un parc, une plage un skate-park et bien d’autres choses encore sont également prévu pour créer une ambiance conviviale qui plaira aux petits comme aux grands.

Le Wavegarden est une véritable valeur ajoutée pour la région dans laquelle il est implanté. Par exemple, une telle installation pourrait compléter l’offre d’une station de ski qui peine à attirer des skieurs dû à la baisse de fréquentation des stations de ski. Avec ses propriétés tant économiques, sociales qu'environnementales, le Wavegarden pourrait être la recette pour retrouver un équilibre financier durable pour les stations et pour les villes qui pourront aussi profiter de la vague.

More...