Le Label Suisse

post by : Sofia Silva Figueiredo



 

Label suisse est un festival de musique très varié. Différents styles de musique sont au programme comme de la pop, folk, électro, rock, hip-hop, métal, jazz ou encore classique. Des artistes exclusivement suisses viennent se produire sur scène. Le but de cette manifestation urbaine est d’avoir un mélange de différents genres tout en faisant découvrir de nouveaux artistes. Ce festival mythique a lieu tous les deux ans en ville de Lausanne. Cet évènement qui a vu le jour en 2004 attire un public nombreux. Cette année en septembre, s’est déroulé la 7e édition qui a eu lieu sur trois jours (du vendredi au dimanche). Le festival peut accueillir 5'000 personnes grâce à ses 6 salles, sa scène extérieure et sa scène en plein air. Pour la prochaine édition, il faudra attendre 2018 !

 

Le financement : C’est un festival gratuit. Il fonctionne donc grâce à la présence de nombreux partenaires, soutiens et institutions. Parmi les partenaires, nous trouvons les TL et la marque de bière Heineken. Les soutiens principaux sont Lausanne Tourisme et Coca-Cola et les institutions sont représentées par l’Etat de Vaud et la Loterie Romande entre autres. De nombreuses autres sociétés ont participé au financement du festival.

 

La promotion est faite au public par le biais des réseaux sociaux et des différents médias. Le public principal qui s'y rend est jeune et plutôt local. Par ailleurs, on ne peut pas dire que le secteur touristique soit vraiment touché par ce festival. En effet, il n'y a pas de retombées économiques claires, soit au niveau de l'hôtellerie soit au niveau de la gastronomie même si ce dernier est plus touché que l'hôtellerie.

 

Concernant les avantages compétitifs que propose ce festival, voici quelques exemples : tout d’abord, tous les concerts sont gratuits. Cette année seulement, le Label Suisse a collaboré avec l’Union Européenne de Radio-Télévision, qui proposera à ses membres la rediffusion de quelques concerts, à travers toute l’Europe. Il a également collaboré avec les chaînes « SGR SSR », qui ont diffusé 42 heures de concerts dans toutes les régions linguistiques de Suisse. Le partenaire « 20 minutes » a mis à disposition des bornes pour recharger les batteries des téléphones portables. Le festival propose tous les genres musicaux, ainsi tout le monde peut y retrouver ses goûts. De plus, le partenaire « Citycable » a mis à disposition gratuitement une connexion wifi dans certains endroits de la ville.

 

Pour terminer, voici les deux améliorations que nous souhaitons proposer pour ce festival : le Label Suisse pourrait collaborer avec les CFF et les transports lausannois et créer une offre de transport avec un billet de train aller-retour ainsi qu’une carte journalière des transports lausannois. Cela coûterait moins cher que de l’acheter par eux-mêmes. La deuxième amélioration serait d’organiser un concours pour les jeunes talents, qui pourraient ensuite se produire sur une des scènes du festival.

 

More...

Moléson

post by : Bersier Aurélie



Synthèse du travail

Le Moléson est une destination touristique de suisse romande, située dans le canton de Fribourg, à 2002 mètres d’altitude. Le domaine skiable possède quelques 30 km de pistes, accessibles grâce aux funiculaire et téléphérique. Cette station est destinée à tout type de public, notamment grâce au large panel d’activités qu’elle propose. C’est la première à avoir développé le modèle de station intégrée en Suisse. En effet, les touristes ont la possibilité d’y trouver directement tout ce qui leur est nécessaire (commerces, restaurants…). La station exerce son activité dans le village du Moléson et parmi ses missions on retrouve : l’accueil touristique aux Offices du tourisme de Gruyères et Moléson, la mise en valeur des richesses naturelles, historiques, culturelles et traditionnelles, le balisage et l’entretien des sentiers, la participation à la promotion et l’information touristique assurées au niveau de la région et finalement l’organisation d’animations et manifestations sur son territoire.

 

L’organisation touristique de la destination est divisée en trois secteurs : le Conseil d’Administration (13 membres), le Comité de Direction (7 membres) et l’Opérationnel (8 membres). Contrairement aux autres stations de ski, le chiffre d’affaires estival du Moléson est généralement plus élevé que l’hivernal. Pour preuve, au cours de la période 2014/2015, le chiffre d’affaires estival s’élevait à CHF 1'248'526.-, tandis qu’en hiver, il était de CHF 863'039.-. Aussi, une augmentation de 45% a été observée pour le chiffre d’affaires par jour de ski de 2014 à 2015 : il est passé de CHF 6'184.- à CHF 8973.-.

 

Le Moléson propose un grand nombre d’activités, été comme hiver. En hiver, outre les sports d’hiver habituels (ski, snowboard, ski de fond), la station propose notamment : des pistes de luge, du snake gliss, des raquettes à neige, des jeux d’équipes / team building (également disponible en été). Des compétitions de ski sont aussi organisées. En été, les touristes ont le choix entre des parcs de loisirs, des activités aventure, une invitation à l’astronomie pour les familles et des randonnées et sentiers à thèmes, ainsi que la célèbre Via Ferrata. Il s’agit d’un parcours d’escalade situé à une hauteur de près de 400m, et équipé d’échelons scellés dans la roche. Divers événements sont aussi organisés dans la station, dont la possibilité d’assister au lever du soleil au sommet du Moléson, offrant un panorama exceptionnel et unique.

 

Explication de l’application possible au tourisme suisse

Afin de diversifier cette station pour qu’elle soit le moins possible dépendante de l’enneigement, nous proposons en plus des offres existantes, les activités suivantes : des pistes de VTT (activité outdoor), des tipis pour accueillir des camps de scouts (hébergement), des décorations thématiques selon la saison (remontées mécaniques) et enfin des festivals de musique (destination en général). En effet, à travers toutes ces activités, l’image de marque recherchée sera atteinte en touchant un public le plus vaste possible tout en offrant des panoramas exceptionnels. De plus, ces activités sont praticables tout au long de l’année, ce qui devient indispensable de nos jours. Ces innovations s’intègrent parfaitement au plan de diversification de la station en proposant un panel d’activités plus important.

 

More...

Wavegarden

post by : Krummenacher Svenja



Le surf est devenu en quelques années un sport à la mode en occident et son nombre d’adepte ne cesse d’augmenter chaque année. En effet, nombre de surfeurs et surfeuses sont prêts à entreprendre des voyages longs et coûteux afin de trouver leur graal pour exercer leur passion.

Grâce à cet engouement en hausse, des ingénieurs espagnols ont mis au point un générateur de vagues dans un bassin qui permet de reproduire une vrai vague comme celles qu'on pourrait trouver dans des conditions naturelles. Celle-ci déroule sur une longueur d’environ 300 mètres et la hauteur de la vague est réglable. Le bassin est entouré de divers commerces tel qu’une école de surf, un surf shop, un restaurant et même parfois un hôtel. Un parc, une plage un skate-park et bien d’autres choses encore sont également prévu pour créer une ambiance conviviale qui plaira aux petits comme aux grands.

Le Wavegarden est une véritable valeur ajoutée pour la région dans laquelle il est implanté. Par exemple, une telle installation pourrait compléter l’offre d’une station de ski qui peine à attirer des skieurs dû à la baisse de fréquentation des stations de ski. Avec ses propriétés tant économiques, sociales qu'environnementales, le Wavegarden pourrait être la recette pour retrouver un équilibre financier durable pour les stations et pour les villes qui pourront aussi profiter de la vague.

More...

Trail Running ou course en montagne

post by : Vuilleumier Lorane



Le trail est une course à pied en pleine nature se pratiquant la plupart du temps en montagne. Ici l’esprit de compétition et laissé de côté car le principe même de cette course est l’esprit d’équipe. Le but étant de finir la course tous ensemble. La notion de respect de l’environnement est aussi très présente et tout manquement aux règles et pollution disqualifie le coureur.  Un trail peut aller de 10 à 80 kilomètres qualifié alors d’ultra-trail. Il ne demande pas un matériel complexe juste des bonnes chaussures, des habits de sport et de la motivation. 

Avec le réchauffement climatique, la baisse des précipitations neigeuses et la concurrence toujours plus forte, une station doit se diversifier et le trail peut être une solution ou du moins, une aide. Se pratiquant principalement en été mais de plus en plus en hiver, le trail attire bon nombre de personne toute l’année. Crée des piste pour le trail sur neige pourrait devenir l’USP d’une station. De plus étant soucieux du développement durable, le trail entre dans les activités tendances. Il permet également de créer des places de travail pour les locaux.

En se basant sur ce qui est mis en place en France et plus précisément en s’appuyant sur la destination de la Chartreuse, d’utiliser le trail comme moyen de découvrir une région, nous aimerions l’implanter pour le tourisme en Valais. Un focus sur ce qui est déjà fait à Verbier-Saint Bernard va être abordé. Pour finir par les points à améliorer en Valais pour que le trail devienne plus connu et soit par la suite plus pratiqué. Car quel meilleur moyen que de découvrir une région tout en pratiquant un sport ! Cela bien sûr si on aime le sport.

More...

Foodsurfing

post by : Schaffner Justine



Inspirés du couchsurfing, hébergement temporaire et gratuit entre particuliers, des amateurs de cuisine ont décliné l’offre en une autre forme de partage, le foodsurfing. Mais, de quoi s’agit-il ? Le principe est simple. Après consultation sur un site internet (VoulezVousDîner, VizEat, Cookening, EatWith, etc.), la personne intéressée accède à la liste des membres (nommés les hôtes) de l’organisation. En fonction de la destination, des motivations et du prix, elle pourra faire son choix et s’inscrire sur la page prévue à cet effet afin de partager un moment culinaire original et convivial. Par la suite, un échange d’e-mails s’établit entre l’hôte et la personne intéressée afin de convenir du lieu et de l’heure du rendez-vous.

En ce qui concerne l’hôte, nul besoin d’être un chef cuisinier pour proposer une expérience culinaire. En effet, cette nouvelle façon de manger, particulièrement bon marché, prône des valeurs telles que le partage, l’échange, la solidarité, la découverte et la convivialité avant la gastronomie. Un seul mot d’ordre : s’asseoir avec ses convives.

L’offre touristique se voit ainsi complétée, voire même étoffée. On ne peut considérer le foodsurfing comme une concurrence déloyale aux restaurateurs, mais plutôt comme une stimulation à ceux-ci.

En Suisse, le foodsurfing est présent dans les grandes villes, telles que Genève et Zürich mais se développe timidement dans d’autres régions. En ce qui concerne les plus petites régions, la mentalité de leurs habitants étant plus hostile à la découverte, il faudra encore attendre un peu pour que le foodsurfing y trouve sa place. Ce concept vaut donc la peine de se faire découvrir et d’être développé en Suisse. Par cette forme originale de consommation collaborative, l’offre touristique suisse se verrait enrichie, mais sera-t-elle  un jour acceptée dans les mœurs suisses ?

More...

Airbnb innove dans le tourisme d'affaires

post by : Zimmermann Lena



A propos d’Airbnb


Airbnb, entreprise qui a été créée en 2008 et basée à San Francisco, est une communauté qui permet aux personnes de découvrir et réserver des hébergements uniques dans tout le monde sur internet ou sur mobile. Airbnb est présent dans plus de 34'000 villes et 190 pays. Cette entreprise permet notamment, d’occuper les espaces inoccupés chez les gens, d’avoir un revenu annexe mais surtout de partager et de découvrir d’autres cultures en rencontrant la population locale. Airbnb suit le principe de l’économie collaborative qui consiste à échanger des services gratuits ou payants en guise de revenus annexes.


Airbnb en Suisse


Cette forme d’hébergement est largement représentée en Suisse, notamment à Zürich, où elle s’impose comme l’un des leaders au niveau de la réservation de nuits avec une proportion de 18.9 % de l’offre helvétique totale, qui se monte à 6033. Genève et le Valais complètent le podium avec respectivement 13.5 % et 11.7 %. Les offres varient de 20 à 500 francs la nuit, ce qui permet de satisfaire un large public. 19 types d’hébergements sont à choix mais 96 % se concentrent sur les appartements, les chalets, les maisons ou encore les chambres d’hôtes.


Airbnb et le tourisme d’affaires


Après avoir reçu nombres de demandes dans le secteur de la technologie, Airbnb met en place une partie réservée pour les voyages d’affaires. L’intérêt est de pouvoir suivre les dépenses des employés et dans quels hôtels ils logent. Airbnb conclut un contrat avec Concur, société offrant des voyages d’affaires et fournissant un service de gestion de frais, afin d’optimiser cette nouvelle prestation. Grâce à l’outil Triplink, les utilisateurs peuvent réserver leur logement sur Airbnb.


Les faits


Airbnb rencontre un grand succès car les employés recherchent l’authenticité, le confort et veulent se sentir comme à la maison. Ils ont permis de développer le « bleisure » (business + leisure). Cette popularité se traduit par des chiffres à la hausse notamment en termes de nuitées. Les voyageurs d’affaires dorment 3.8 nuits en choisissant Airbnb contre 2.1 en hôtellerie. Des problèmes comme la sécurité ne permettent pas encore à la firme d’être un acteur majeur dans le domaine mais il se démarque notamment grâce à l’expérience vécue.


Application au tourisme suisse


Airbnb peut se développer dans les grandes villes de Suisse comme Zürich, Genève ou encore Lausanne où le tourisme d’affaires est plus présent. Un tourisme de loisirs peut se développer dans les autres régions plus campagnardes comme le Valais et les Grisons. Une prolongation de séjour est tout à fait envisageable chez les touristes d’affaires afin de profiter d’autres aspects de la Suisse. Il est important de relever que les usagers d’Airbnb ne paient pas encore la taxe de séjour ce qui nourrit la rivalité avec les hôteliers suisses.

More...










De l'Australie à la Suisse, des selfies sans sticks

post by : Morand Noemie



Dévoilée sur le site de partage Youtube le 25 août 2015, la vidéo de Tourism Australia annonçait le premier événement G!GA Selfie sur la Gold Coast au premier septembre. Visant une de ses plus grandes clientèles, Tourism Australia a décidé d’innover en offrant aux Japonais la possibilité de prendre un selfie « longue distance ». Le principe est simple : on télécharge l’application sur son smartphone et on se place sur une plateforme spéciale. Une fois en position, on clique pour déclencher l’appareil photo situé à une centaine de mètres et on reçoit un petit vidéoclip. Les Japonais sont des adeptes de cette forme d’autoportrait et Tourism Australia mise sur cet intérêt pour mettre en scène sa destination. Suite à cette campagne, Tourism Australia s’attend à une hausse du nombre d’arrivées japonaises pour 2016. Toutefois, le marché chinois dépasse le marché japonais en termes d’arrivées, et le même phénomène est présent en Suisse.

Les Chinois sont les premiers touristes en provenance d’Asie à venir dans la Confédération helvétique. Depuis 2011, Suisse Tourisme a su saisir cette opportunité et mise ainsi sur le marché chinois. L’organisation compte sur le développement de la classe moyenne ainsi que sur les jeunes, qui parlent de mieux en mieux l’anglais. Une nouvelle cible pointe également le bout de son nez : les FIT, « Fully Individual Travellers ». Les Chinois, très présents sur les réseaux sociaux, friands de voyages et surtout de photos, utilisent des plateformes sociales comparables à Facebook ou Twitter. Il serait faciles de les associer à l’application G!GA Selfie afin qu’ils puissent partager instantanément leurs photos.

Depuis la mise en scène de sa destination, Tourism Australia anticipe une hausse des arrivées japonaises pour 2016. La Suisse pourrait suivre cet exemple et placer des plateformes G!GA Selfie dans des endroits stratégiques pour attirer, cette fois, la clientèle chinoise.

More...

Augmentation du nombre de réservations via smartphone

post by : Perracini Marion



Le nombre de réservation via smartphone est en hausse depuis quelques années déjà. Ce phénomène s’explique selon deux raisons principales ; premièrement, le smartphone est petit et facilement transportable, ensuite, il est possible de se connecter presque partout dans le monde et donc d’avoir accès à toutes nos données importantes. Différentes études, notamment celle faite par Criteo, ont permis de mettre des chiffres concrets sur cette nouvelle innovation appliquée au monde du tourisme.

Les touristes connectés, c’est-à-dire les touristes les plus aptes à concevoir le smartphone comme moyen de réservation, viennent à la majorité de Thaïlande, de Chine, et du Brésil. Il semblerait que les pays en voie de développement soient plus réceptifs à effectuer des réservations via mobile.

Différentes enquêtes démontrent ensuite que les réservations via mobile ne concernent pas tous les domaines du tourisme de la même manière. En effet, on peut voir que les réservations qui contiennent beaucoup de détails, comme les packages, nécessitent un écran plus grand que celui d’un smartphone. C’est pourquoi les tablettes sont fréquemment utilisées pour faire des réservations touristiques.

L’utilisation des mobiles pour effectuer des réservations dans le tourisme demande aux marketeurs de développer de nouvelles stratégies, ceci afin de profiter de ce nouveau mode de consommation. Il faut donc comprendre pourquoi et comment le consommateur utilise les réservations mobiles, afin de pouvoir répondre au mieux à ses besoins.

L’application de ce phénomène en Suisse est également observable. Sans avoir de chiffre précis concernant notre pays, il est possible de discerner que certains acteurs du tourisme en Suisse permettent déjà les réservations via smartphone, notamment Booking ou encore les CFF. Selon l’observatoire valaisan du tourisme, cela permettrait de faire baisser les coûts concernant les canaux de distribution et d’offrir une plus large palette de mode de réservation aux clients et donc de lui simplifier la vie. Dans un contexte où le franc suisse est très haut, ceci n’est pas négligeable.

 

Mélanie Gay, Xénia Manrau, Marion Perracini et Mélanie Porret - HEG TOURISME - 703D - 2015

More...

Utilisation de Snapchat dans le tourisme

post by : Cudre-Mauroux Tamara



Snapchat est une application mobile qui cible majoritairement les moins de 25 ans. Elle est utilisée pour envoyer des photos ou vidéos visibles durant quelques secondes à une sélection de contacts. Il existe aussi la “Story” privée qui publie notre contenu durant 24 heures et qui est envoyée à tous nos contacts. Il y a également des “Stories” publiques visibles par tous les utilisateurs de l’application et qui permettent de promouvoir des événements et destinations. Snapchat se différencie des autres réseaux sociaux par le côté éphémère des publications.

 

Cette application a beaucoup évolué depuis sa création en 2011, on peut le voir notamment avec la forte augmentation du nombre d’utilisateurs ainsi qu’avec toutes les nouvelles fonctionnalités qu’elle propose. Les professionnels du tourisme ont compris l’atout d’une telle application et l’utilisent dans leurs campagnes marketing. En effet, Snapchat est utilisé pour promouvoir des destinations ou événements, ainsi que pour proposer des offres ou organiser des concours.

 

Les professionnels du tourisme utilisent l’application pour cibler un marché jeune, en promouvant leur destination avec des offres spéciales, des concours ou des “Stories” publiques qui permettent aux utilisateurs de découvrir la destination et de publier leur propre contenu s’ils se trouvent au même moment dans la destination. De grandes entreprises internationales comme Marriott ou W Hotels ont lancé des campagnes sur Snapchat pour cibler une plus jeune clientèle.

 

En Suisse, les professionnels du tourisme utilisent encore très peu l’application pour leurs campagnes marketing. Cependant, Snapchat étant en constant développement, il pourrait être un moyen de booster le tourisme suisse. Par exemple, les remontées mécaniques, hôtels, offices du tourisme  ou destinations suisses pourraient partager du contenu dans des “stories” pour faire découvrir le lieu, mais également créer des concours pour faire participer les utilisateurs de Snapchat ou encore de proposer des réductions ou des offres pour un séjour en Suisse. De plus, comme la Suisse accueille beaucoup d’événements, tels que les festivals de musique, il serait intéressant de publier des vidéos visibles uniquement pour les utilisateurs, ce qui créerait une relation particulière avec les clients.

More...

Le tourisme d'aventure, un secteur prometteur

post by : Goh Solenn



Le tourisme d’aventure est un ensemble d’activités qui peuvent comporter un risque, de la nouveauté et qui exige tout de même un effort physique. Il ne faut pas confondre avec le l’écotourisme qui a comme intérêt principal la conservation de la nature. Dans le tourisme d’aventure, on y trouve l’aventure douce et l’extrême. L’un a un faible degré de risque et nécessite des habilités de base alors que l’autre comporte quelques prises de risques et le participant doit quand même avoir des bonnes habilités dans la pratique exercée. Les tendances marquantes de ce secteur sont la croissance, la concurrence, des destinations peu connues, la pyramide des prix, la technologie ainsi que le luxe lors de la recherche d’une valeur ajoutée.

En 2010, une étude effectuée par AdventureTourismDevelopment Index a démontré que la Suisse, l’Islande ainsi que la Nouvelle-Zélande sont les trois meilleurs pays développés afin d’y pratiquer le tourisme d’aventure. Les domaines de l’environnement, du développement durable, de la sécurité, de l’infrastructure ou encore l’aide du gouvernement entre autres sont des piliers importants pour que le tourisme d’aventure soit le mieux praticable. Pour cela, il faut également présenter de bonnes offres dans ce domaine de tourisme. En effet, les combinaisons de produits, les voyages d’exploration, les itinéraires flexibles, les acquisitions ou encore les forfaits en détail sont des pratiques souvent utilisées par les voyagistes afin d’attirer au mieux ses clients.

Le touriste d’aventure peut avoir plusieurs caractéristiques et différentes préférences en fonction de son lieu d’origine. Sa tranche d’âge peut toucher les plus jeunes jusqu’à des personnes de troisième âge. De ce fait, on parle d’une grande variété de clients. Il y a des changements par rapport à la demande car les itinéraires sont personnalisés et le type de clients également. On remarque tout de même que le domaine qui a le plus de succès c’est l’aventure douce car elle touche une plus grande partie de la population (surtout les personnes âgées) et ne requiert pas des aptitudes physiques importantes ou beaucoup d’expériences dans l’activité. Par exemple, en plus de 40 % des activités exercées par les touristes Sud-Américains et Européens sont dues à l’aventure douce alors que moins de 8 % représentent l’aventure extrême.

Comme expliqué ci-dessus, la Suisse se place parmi les trois pays principaux pour pouvoir exercer ce tourisme d’aventure. De ce fait, c’est un pays où l’application de ce domaine d’activité est très importante, non seulement pour l’économie du pays mais également pour la promotion de ce style de tourisme. Avantagée par son climat alpin, ses paysages et sa culture avec les sports d’hiver, elle permet non seulement aux touristes d’y exercer l’aventure douce mais aussi du sport extrême pour les fervents d’adrénaline. De plus, la propreté de son environnement, l’infrastructure, la sécurité ainsi que l’image du pays véhiculée dans le monde, ne peuvent être que des aspects positifs supplémentaires pour la venue de ce genre de tourisme. Pour finir, au niveau de l’organisation, les offres sont complémentaires car le réseau mobile est bien organisé et les modes d’hébergement ne sont pas en pénurie. En résumé, la Suisse est un des pays primordiaux où le tourisme d’aventure doit être exercé. 

More...