Le Tourisme collaboratif - Foodsurfing

post by : Reguin Jesse



De nos jours, le tourisme collaboratif est en plein essor. De plus en plus de touristes sont attirés par moins de superficialité, de bonnes affaires et d’échanges sociaux authentiques. Ce tourisme réunit ces trois besoins et c’est pourquoi il est de plus en plus tendance. Tout comme Airbnb, Blablacar, ou CouchSurfing, le foodsurfing ravit de plus en plus de touristes en quête d’expériences locales et uniques. Le temps des buffets géants et impersonnels dans les Clubs n’est plus au goût du jour, ce qui profite aux sites tels que VizEat ou Cookening. Cependant, ceci ne réjouit pas tout le monde. En effet, les restaurateurs ne voient pas d’un très bon œil l’expansion de ce qui pourrait bien être un concurrent déloyal.

 

Le foodsurfing permet de partager un repas entre particuliers pour aborder de façon originale différentes cultures. C’est grâce à des plateformes qui mettent en relation les hôtes et les invités que cette forme de tourisme collaboratif a pu exister. Ces sites permettent donc aux particuliers de proposer leurs menus ainsi que leurs prix et de se mettre en contact, tout comme le système d’Airbnb. Les particuliers peuvent ensuite poster des commentaires d’après leur expérience pour guider les prochains utilisateurs. Certains sites font, par ailleurs, des contrôles des hôtes mais malheureusement ce n’est pas encore le cas partout. Ce système de commentaire donne alors une certaine garantie quant au choix de l’hôte et de la qualité de son futur repas « comme à la maison ».

 

Les hôtes et les invités y trouvent alors leur compte. Cependant, il ne faut pas laisser de côté les professionnels de la restauration également touchés par cette innovation. Il n’y a quasiment aucune règle établie pour les privés qui pratiquent le foodsurfing, c’est pourquoi il est impossible d’avoir une concurrence dite loyale qu’on trouve habituellement sur le marché. Au niveau de la Suisse, le foodsurfing n’est pas encore très présent. En effet, on constate une grande différence de l’offre et de la demande comparé à celle de la France ou de l’Angleterre. Ceci devrait réjouir les restaurateurs et associations suisses de la branche pour le moment.

 

 


DOWNLOAD

703D_TOURISME COLLABORATIF_2015.pdf


Authors

Cescutti, Maude - 703D (2015); De Nobili, Lorane - 703D (2015); Reguin, Jesse - 703D (2015); Sardet, Noelle - 703D (2015)

 

tweet plusone Scoop it  Share on Facebook
Loading