Le tourisme d'aventure, un secteur prometteur

post by : Goh Solenn



Le tourisme d’aventure est un ensemble d’activités qui peuvent comporter un risque, de la nouveauté et qui exige tout de même un effort physique. Il ne faut pas confondre avec le l’écotourisme qui a comme intérêt principal la conservation de la nature. Dans le tourisme d’aventure, on y trouve l’aventure douce et l’extrême. L’un a un faible degré de risque et nécessite des habilités de base alors que l’autre comporte quelques prises de risques et le participant doit quand même avoir des bonnes habilités dans la pratique exercée. Les tendances marquantes de ce secteur sont la croissance, la concurrence, des destinations peu connues, la pyramide des prix, la technologie ainsi que le luxe lors de la recherche d’une valeur ajoutée.

En 2010, une étude effectuée par AdventureTourismDevelopment Index a démontré que la Suisse, l’Islande ainsi que la Nouvelle-Zélande sont les trois meilleurs pays développés afin d’y pratiquer le tourisme d’aventure. Les domaines de l’environnement, du développement durable, de la sécurité, de l’infrastructure ou encore l’aide du gouvernement entre autres sont des piliers importants pour que le tourisme d’aventure soit le mieux praticable. Pour cela, il faut également présenter de bonnes offres dans ce domaine de tourisme. En effet, les combinaisons de produits, les voyages d’exploration, les itinéraires flexibles, les acquisitions ou encore les forfaits en détail sont des pratiques souvent utilisées par les voyagistes afin d’attirer au mieux ses clients.

Le touriste d’aventure peut avoir plusieurs caractéristiques et différentes préférences en fonction de son lieu d’origine. Sa tranche d’âge peut toucher les plus jeunes jusqu’à des personnes de troisième âge. De ce fait, on parle d’une grande variété de clients. Il y a des changements par rapport à la demande car les itinéraires sont personnalisés et le type de clients également. On remarque tout de même que le domaine qui a le plus de succès c’est l’aventure douce car elle touche une plus grande partie de la population (surtout les personnes âgées) et ne requiert pas des aptitudes physiques importantes ou beaucoup d’expériences dans l’activité. Par exemple, en plus de 40 % des activités exercées par les touristes Sud-Américains et Européens sont dues à l’aventure douce alors que moins de 8 % représentent l’aventure extrême.

Comme expliqué ci-dessus, la Suisse se place parmi les trois pays principaux pour pouvoir exercer ce tourisme d’aventure. De ce fait, c’est un pays où l’application de ce domaine d’activité est très importante, non seulement pour l’économie du pays mais également pour la promotion de ce style de tourisme. Avantagée par son climat alpin, ses paysages et sa culture avec les sports d’hiver, elle permet non seulement aux touristes d’y exercer l’aventure douce mais aussi du sport extrême pour les fervents d’adrénaline. De plus, la propreté de son environnement, l’infrastructure, la sécurité ainsi que l’image du pays véhiculée dans le monde, ne peuvent être que des aspects positifs supplémentaires pour la venue de ce genre de tourisme. Pour finir, au niveau de l’organisation, les offres sont complémentaires car le réseau mobile est bien organisé et les modes d’hébergement ne sont pas en pénurie. En résumé, la Suisse est un des pays primordiaux où le tourisme d’aventure doit être exercé. 

 

 


DOWNLOAD

703_C_TourismedAventure.pdf


Authors

Da Cruz Macedo, Sylvie - 703_C (2015); Goh, Solenn - 703_C (2015); Houle, Thomas - 703_C (2015); Pereira Negri, Kevin - 703_C (2015)

 

tweet plusone Scoop it  Share on Facebook
Loading